Roue de l’infortune du SEO

Voici maintenant une petite parodie non exhaustive des dépenses auxquelles un référenceur peut être confronté au cours de sa carrière.

On y trouve le juriste en cas de problème de droits d’auteur, l’achat de liens sponsorisés, l’achat de liens et de sites webs, la réservation de noms de domaine, le coût des softs réalisant des tâches redondantes, l’achat de textes éditoriaux mais aussi le coût en hébergement (indépendamment du nombre de serveurs et des technologies nécessaires…).
Il n’y a même pas les filtres et la sandbox mais on aurait pu les mettre dans Blacklist ou Penalty 😀
Oui il n’y a que le logo de Google 😀 c’est quand même la plus grosse préoccupation pour la plupart des seoguys !

Essayez de vous remémorer tous les frais que vous avez eu à « subir » pour parfaire votre visibilité et votre positionnement sur Internet…
Partagez-les en commentaires !
Combien d’entre vous ont vu leurs revenus baisser sur le coût d’une pénalité ou d’un déclassement massif ? Combien ont investi dans des outils leur permettant d’augmenter leur potentiel ou d’analyser en vue d’optimiser… Eh oui, un beau petit pactole une fois cumulé 😉

2 réponses sur “Roue de l’infortune du SEO”

  1. Arrgh… le dernier paragraphe m’a retourné le couteau dans la plaie. C’est 5000 euros par mois d’adsense que j’ai vu divisés par 12 à la suite d’un déclassement catasTrophique sur une jolie requête.

    C’était il y a 3 ans. je commençais à peine à m’en remettre, mais à cause de vous, je vais encore faire des cauchemars. C’est toujours le même, Matt Cutts vient me border quand je me couche, et le lendemain matin, toutes mes belles positions sont perdues.

  2. Une pénalité qui m’a coûté 30 000 euros/mois, la ça fais vraiment mal, mais bon, au bout de quelques jours, on se dis que ça sert à rien de pleurer, et on se met au boulot sans REfaire les mêmes erreurs…

    Google, my whore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *